ARCHIVES

  • octobre 2021
  • septembre 2021
  • août 2021
  • juillet 2021
  • juin 2021
  • mai 2021
  • avril 2021
  • mars 2021
  • janvier 2021
  • décembre 2020
  • novembre 2020
  • octobre 2020
  • septembre 2020
  • août 2020
  • juillet 2020
  • juin 2020
  • mai 2020
  • avril 2020
  • mars 2020
  • janvier 2020
  • décembre 2019
  • novembre 2019
  • octobre 2019
  • septembre 2019
  • août 2019
  • juillet 2019
  • juin 2019
  • mai 2019
  • avril 2019
  • mars 2019
  • février 2019
  • janvier 2019
  • décembre 2018
  • novembre 2018
  • octobre 2018
  • septembre 2018
  • août 2018
  • juillet 2018
  • juin 2018
  • mai 2018
  • avril 2018
  • mars 2018
  • février 2018
  • janvier 2018
  • décembre 2017
  • août 2017
  • Journée Nationale du Souvenir

    Le dernier dimanche d’avril est, chaque année, dédié à la célébration de la mémoire des victimes de la déportation dans les camps de concentration et d’extermination nazis lors la Seconde Guerre mondiale.

    Compte tenu des contraintes sanitaires, la cérémonie s’est déroulée en comité restreint, en présence de Monsieur le Maire et de ses adjoints ainsi que des Anciens Combattants de notre commune.

    Cette journée honore la mémoire de tous les déportés sans distinction et rend hommage à leur sacrifice. Elle a pour vocation de rappeler à tous ce drame historique majeur, les leçons qui s’en dégagent, pour que de tels faits ne se reproduisent plus.

    Après un dépôt de gerbe sur la plaque de Félix Olejniczak, ancien adjoint roeulxois, résistant communiste, déporté en Allemagne, en 1941,  un recueillement devant le Monument aux Morts a donné lieu à la minute de silence, en hommage à tous les déportés, victimes des génocides et de la répression.

    Monsieur le Maire a rappelé à quel point il est essentiel de se souvenir, pour ne pas répéter les erreurs du passé, de lutter contre toute forme de fanatisme et de racisme pour que vivent la solidarité, l’espoir et la liberté !

    Puisse l’histoire des camps d’extermination retentir pour tous comme un sinistre signal d’alarme. Primo LEVI